ACHAT - VENTE - RESTAURATION VEHICULES DE COLLECTION & MATERIELS SURPLUS,
PIECES DETACHEES, PEINTURES, POCHOIRS

 

Véhicules - Remorques - Matériels    |    Boutique en Ligne    |    Pochoirs & Autocollants    |    Peintures    |    L'atelier    |    Documentations Techniques



   Pour débuter cet article, voici une petite comparaison "visuelle" d'un (ou d'une) P4 et d'un Mercedes G.

   Eh oui... La base est bien du Mercedes G, revue et modifiée par Peugeot.

   Les grandes différences P4 / Mercedes G :

   - Premièrement le moteur : Remplacé par un Peugeot essence XN8 ( pour les premiers) puis Diesel XD3 pour les suivants. A noter que la plupart des P4 essences ont été remotorisés en diesel par les ateliers du matériel de l'armée dans les années 90.

   - La boite est Peugeot, du même modèle que les 604 ou 504.

   - Les dispositifs d'éclairages avant sont aussi spécifique au P4 : phares carrés (proche des 104) et clignotants en dessous (Les mercedes G ont les clignotants sur les ailes).

   - La partie supérieure de la carrosserie est de type " bâché", ainsi que les portes (les bas de la portes sont rehaussés par rapport au G), le pare-brise est rabatable et il est équipé d'un arceau de sécurité qui sert aussi de support d’arme -> 12,7 ou AA52 (l’AA52 peut aussi être montée sur un support latéral en avant de la portière droite.

   Il existe une version militaire du Mercedes G en dotation dans les armées allemandes et danoises, appelée " WOLF".

   Le P4, en service dans l'armée, offre 6 places (2 sièges avant et 2 banquettes arrières repliables). Dans le civil, ceux ayant une date de première mise en circulation inférieur ou égale à 1986 peuvent avoir 6 places assises, les suivants ne seront qu'en 2 places

   Lors de l’immatriculation votre " VP4" de 8cv fiscaux et 6 places assises devient "CP4" avec 10cv, 2 ou 6 places suivant l'année et devient une "camionnette".

   Avant de parler de la conduite du P4, il faut préciser que celui-ci n’a quasiment rien avoir avec une Jeep hormis son utilisation et son classement de "VLTT" (Véhicule Léger Tout Terrain) par l'armée. La Jeep est petite, légère, agile, nerveuse et inconfortable. Le P4 et presque le contraire! Il est gros, lourd, "mou" (moteur comme les Peugeot 504, J7, etc), mais relativement confortable pour un véhicule militaire et doté d’un bon chauffage.

   Vous voilà devant le véhicule!

   La porte, légère et mince peu choquer, mais le plus surprenant reste la vitre que l'on ne peut descendre! Il s'agit d'un haut de porte que l'on peut retirer ou mettre en position. Cela rappellera certainement des souvenirs à ceux ayant connus les R2087 ou Simca Cargo disposant de ce même principe de hauts de portes.

   Les sièges sont bons et réglable en longueur et en inclinaison mais, comme sur les jeep et beaucoup d'autres véhicules, en été le Skaï est fortement désagréable! En dessous de chaque siège avant se trouve un coffre de rangement pour une partie de lot de bord, notamment le cric. Le reste de l’outillage (pelle, pioche et hache réglementaires) sont disposés en dessous des bas de portes gauche et droite. Il y a 4 supports de Famas, un de chaque coté du tableau de bord, un sous l'arceau de sécurité, et un en travers de la port arrière.

   Le P4 offre de la place, les grands en seront satisfait (sauf pour les passagers sur les banquettes arrières).

   Les commandes et équipements coté chauffeur sont simples, et de type militaire. Les novices auront besoin d'un temps d'adaptation (comme pour les autres véhicules militaires) au niveau du commutateur rotatif d'éclairage.

   Le tableau de bord regroupe un compteur de vitesse à droite et une jauge à carburant à gauche ainsi que divers voyants. En dessous du volant à gauche se trouve la pompe manuelle lave glaces/interrupteur d’essuie glaces (qui selon son année de passage en atelier peut avoir été modifiée par une pompe électrique), ainsi que le comodo d’éclairage (modèle 7 positions -> éclairage "civil" coté droit, éclairage "combat" coté gauche). A droite se trouve le contact qui n'est autre qu'un simple interrupteur, le voyant de préchauffage, et la tirette préchauffage/démarrage. Premier cran pour préchauffer, second cran pour démarrer (souvent remplacé dans le civil par un contacteur de démarrage à clef). Sur le modèle essence on trouve à la place le starter et un poussoir de démarrage.

   La console centrale regroupe (dans l'ordre) un interrupteur pour le klaxon, clignotants G/D, manomètre de température, cendrier, interrupteur warning, voyant de présence d'eau dans le gazoil et voyant de blocage de différentiel, manomètre de charge/décharge batterie, commandes de ventilation, interrupteur ON/OFF ventilateur, et un horamètre. Cachée en dessous se trouve une prise baladeuse 24v.

   Une poignée coupe batterie trouve sa place sous cette consôle en avant des leviers de vitesses.

   Coté droit le passager dispose d'une poignée de maintient, avec au dessus un compartiment pour les disjoncteurs (pas de fusibles sur le P4), et en dessous une boite à gants sans porte qui à pour plaisir de se vider sur les genoux du passager dans les fortes montées.

   Le P4 est bâché!

   Inconvénient, suivant la tension et la vieillesse de la bache, celle-ci peut créer un bruit de claquement contre les arceaux par grands vents. Une modification à la aussi été apportée par l'armée en ajoutant des sangles de maintient au niveau des arceaux latéraux.

   Avantage en été, il est débâchable rapidement et facilement (une fois n'est pas coutume!). Pour cela il suffit de défaire les boucles et les velcros sur les cotés, de déverrouiller les loquets en haut du par-brise, et de rabattre le tout sur l'arrière en se tenant debout dans la caisse. Une sangle (rarement présente) est prévue pour tenir le tout replié. Le par-brise, après avoir été déverrouiller et rabattu les essuis-glaces, se rabat sur les butoirs présents sur le capot. Des attaches à ne pas oublier sont présentes pour le maintenir dans cette position. Les hauts de portes se rangent dans la housse de par-brise (rarement présente elle aussi). Les bas de portes sont eux aussi démontables en les dégonssants. Et enfin l'arceaux de sécurité sur lequel sont fixé les ceintures de sécurité peut être déboulonné et déposé.

   Sur l'arrière de la caisse se trouve une porte (une bonne idée quand on sait combien de jeep ont été découpées sur l'arrière pour créer une porte!) sur laquelle se trouve la roue de secour, elle même supportant le support ECR (filet de camouflage), et une plaque d'immatriculation avec son éclairage. A droite se trouve la goulotte de remplissage de réservoir sans clé, à gauche le support jerrycan.

   Les feux arrières sont de type militaire comme on peut aujourd'hui trouver sur presque tout les véhicules militaires en service, regroupant feux de position, feux stop, clignotant, feux de combat (stop black-out et position black-out). Au milieu des par-choques se trouve un crochet d'attelage et une prise 12 broches.

   On démarre!

   Dès les premiers tours de roues, on sent le poids du P4 et si l'amortisseur de direction n'est pas fatigué, on constate le manque d'une assistance! Cela reste comme cela même lancé à vitesse maximum.

   Il est prévu pour 108 km/h maxi (118 km/h pour le modèle essence) mais il est sage de rouler à 90 km/h maximum pour ne pas user l'Indénor. Le ronflement est épuisant sur les longues portions droites, et dissuade de trop pousser le véhicule. Le moteur est endurant mais peu puissant, il faut anticiper les longues côtes afin de prendre de l'élan et ne pas terminer à 50km/h! Il permet toutefois de s'insérer correctement dans la circulation tant que l'on ne s'aventure pas sur autoroutes (Les descentes en roues libres permettent des "reccords"... Jusqu'à 115km/h!). On notera à ce point de l'essai le manque d'une 5ème vitesse!

   Le moteur qui a déja fait ces preuves sur d'autres véhicules n'est pas si mauvais que ça, et il durera si l’on ne le fait pas hurler. Dès que l’on a prit l'habitude du P4, celui-ci devient plus agréable à conduire (conduite sur le couple).

   Attention aux routes mouillées lors des freinages, les courbes ou ronds-points, les pneus tout terrains ont une tenue de route aléatoire et il y a des risques d'aller tout droit roues braquées ! Sur terrain sec par-contre, pas de problème!

   Pour finir, on peut dire notre brave P4 est taillé pour la piste et garrigues où il est très à l’aise. Sur piste en terre (ou enneigée), la position "GV4" (Grande Vitesse 4 roues motrices) de la boite de transfert est trés utile, et permet de rouler sans trop réduire l’allure dans les virages puisque le P4 tient remarquablement bien, et ne pas avoir à lever le pied avec ce moteur mou est une bonne chose. Dans les chemins plus accidentés, on apprécie la souplesse et l’on est pas secoué comme dans les Jeep.

   Enfin on attaque le franchissement !

   Le poids, additionné aux reprises môles du moteur hadicape beaucoup (contrairement à la jeep qui est légère et nerveuse), mais tant que le terrain est sec on se débrouille grâce à la petite vitesse " PV4", et parfois au blocage de différentiel. Les débattements de ponts sont corrects, il arrive de se retrouver sur 3 roues mais la stabilité est bonne et le P4 ne bascule pas rapidement. Les pentes abruptes ne sont pas un problème si on les attaques avec un minimum d’élan et en "jouant" sur le couple.

   Le gabarit est correcte, mais la visibilité sur l'avant droit est moyenne.

   Dans la boue le P4 montre rapidement ses limites s'il est monté de pneus Uniroyal T9. Les Michelin XL d'origine ou autres pneus civils tout terrain se débrouillent mieux. Dans certaines ornières on regrettera l’absence de blocage de différentiel au pont avant. Oubliez le rêve de traverser une marre de boue de 40cm de profondeur, hormis tiré par un treuil ! Le P4 va gentiment perdre son élan et aller se poser en plein milieu pour vous faire comprendre qu’il est trop lourd! Ca sert de leçon! Une fois planté, les 2 emplacements de manilles sur le haut du par-choque et l'axe central s'avèreront bien pratique!

   Avant un passage profond dans l’eau vérifiez que les bouchons de fond de caisses sont bien en place (un de chaque coté du P4 aux pied du conducteur et du passager), qui permettent aussi d’évacuer l’eau qui se serait accumulée dans la caisse.

   En conclusion, le P4 permet de faire de belles balades sur chemins et petites routes, en faisant un peu de franchissement le temps de quelques frayeurs...

   C’est en tout cas un engin fiable, docile, endurant, et agréable si n'envisagez pas de prendre quotidiennement les voies rapides et autoroutes. Un véhicule pour habitant en zone rurale et tranquille, qui veut ne pas avoir froid l’hiver, et rouler cheveux aux vent l’été!

 



 

 Livraison So Colissimo          |            Le Forum          |            Suivez-nous          |            Contactez-nous

 

Tous droits réservés. Design by © Nicolas. Mentions légales. 2009 - 2017. N° SIREN 514 625 185.