ACHAT - VENTE - RESTAURATION VEHICULES DE COLLECTION & MATERIELS SURPLUS,
PIECES DETACHEES, PEINTURES, POCHOIRS

 

Véhicules - Remorques - Matériels    |    Boutique en Ligne    |    Pochoirs & Autocollants    |    Peintures    |    L'atelier    |    Documentations Techniques



 

 

   Le TRM 4000 ou SM8 4x4 se reconnait au premier abord par son look de camion "civil". La cabine n'est pas sans nous rappeler celle des SM8 civils, SM7... ou encore SG2. Il s'agit bien en fait d'une version qui au départ avait été étudiée afin d'etre proposée aux entreprises devant évoluer sur des terrains plus ou moins accidentés. De fil en aiguille celle-ci se vera proposée à des essais pour l'armée française. Saviem tentera de militariser son véhicule en le dotant d'une cabine torpédo rappelant celle des TP3, mais l'armée de terre restera sur cette version tolée. La marine acquerra tout de même quelques SM8 avec pont arrière jumelé, et quelques uns de type D130 cabine torpédo.
   Saviem proposa aussi une version avec cabine militaire produite par le carrossier des Berliet GBD (ressemblant aux TRM 10 000), mais celle-ci ne sera pas retenue compte tenu de son prix.

     On monte!

   Tout dabord, sur celui-ci, il vous faudra avoir les clés, et oui, c'est bien un rare camion de l'armée à etre muni de portes se fermant facilement et de plus avec clé! ... Pour monter à bord, pour une fois on a droit à de bonnes poignées, mais le plaisir est vite gaché par ce marche pied en tube rond sans fond, trés glissant chaussures mouillée.

    Une fois au volant, on est assis sur un siège relativement confortable, avec assise et dossier réglable. De la, on se retrouve face à ce grand volant type "cerceau" rappellant celui dans les anciens bus S45, une planche de bord face à soit, un levier de vitesse au tableau de bord pour les camions antérieurs ou de 1982, au plancher pour les suivants.

   Ayant eu le modèle avec vitesses au plancher, et n'ayant pas essaier l'autre, je ne pourrais juger de l'aisance du passage des vitesses de celui au tableau de bord, mais, il parrait que la conduite est moins aisée, surtout lorsqu'il faut changer souvent de rapport.

   Toutes les commandes sont regroupées autour du conducteur, et facile d'accès. Qu'il sagisse du frein de parc, frein de remorque, blocage de différentiel, ou passage petite/grande vitesse de la boite de transfert, les commandes sont électro-pneumatique et facilement maniables. Le chauffage est présent et fonctionnel, avec, grand luxe!, desembuage du par-brise et bouches de ventilation aux pieds. L'éclairage n'est pas sans rappeller la gamme civile, le commodo des clignotant et celui des phares/klaxon se trouve coté gauche sous le volant. Seul le classique commutateur rotatif d'éclairage (pour passer de feux "normaux" à feux de "combats" est typiquement militaire).

   Les commandes spécifique au treuil (interrupteur prise de force, enroulement/déroulement cable) sont regroupées au tableau de bord, ainsi que l'interrupteur pour les gyrophares. Pour les véhicules non munis du "trou d'homme" dans le toit pour la tourelle, on retrouve un toit ouvrant, touche civile...

     Mise en route.

   Première chose... le coupe batterie. Si vous l'avez oubliez, vous n'avez plus qu'à redescendre, celui-ci se trouve à l'extérieur coté droit du camion à coté du coffre à batteries. Pour le démarrer, une fois de plus on a besoin des clés. Le néman est un peu surprenant, le premier cran sert à mettre le contact, le second pour le préchauffage. Pour démarer, il faut enfoncer la clé puis tourner pour trouver le troizième cran... Enfin, tant que ca démarre!

   Une fois démaré, ca fume surtout à froid. Pas de soucis, tant qu'il n'y a pas d'exagération. Enfin le SM8 caricaturerait bien les anciens camions de ce coté la!

 

   Une fois en route, les vitesses passent relativement correctement. La première n'est pas forcément utile, en seconde le camion part facilement. La commande d'embrayage se faisant par un cable, la pédale est dure à enfoncer. Les vitesses sont de le bon ordre Gauche/Droite, mais inverssées Haut/Bas ... l'habitude vient vite!

   Le moteur n'a que 133 Ch, et cela se sent vite. Il faut un certain temps pour lancer le camion, mais une fois la vitesse de croisière atteinte, on arrive facilement à tenir le 90, voir même 100 pied au plancher. 85 / 90 km/h semble correcte pour ne pas trop le faire hurler. A noter que dans les fortes montées le camion perd rapidement en vitesse pour se stabiliser dans les 60km/h.

   Sur routes comme sur chemins, le TRM s'avert d'un confort assez agréable. A vide l'arrière du camion sautille un peu, cela se comprend vu les paquets de lames de ressort! J'ai d'ailleur constaté qu'avec 1tonne de charge, les amortisseurs hydraulique avant comme arrière ne sont pas en appuit, ils tournent librement sur les rotules. Pour les modèles avec Lot7 on peu ressentir un effet de balant sur chemins cahauteux.

   En manoeuvre la visibilitée offerte au conducteur est relativement bonne, la cabine est vitrée de partout, sans bache arrière on voit à 360°. La direction assistée fait bien son travail, mais on reprochera le rayon de braquage tout de même assez grand. C'est dans ces situations que la duretée de l'embrayage est le plus détestable. Elle rend difficile de faire patiner et d'assouplir la manoeuvre. On peu regretter que l'option de commande pneumatique proposée par saviem n'ait pas été généralisée sur tout ces véhicules.

   Quand au freinage, il est efficace, entièrement pneumatique, avec pour frein de secour l'indépendance des circuits avant et arrière.

   Le frein de parc "à verrous" s'actionne manuellement depuis le boitier sous le volant à droite. Pour le mettre en oeuvre, il faut rester en appuis sur la pédale de frein, et actionner le bouton "Parking".

   Le véhicule est muni d'un ralentisseur sur échappement à commande au pied (gauche) qui n'est seulement efficace que "dans les tours".

   En tout terrain le camion montre vite ces limites. Ces ponts n'offrent pas de grands débatements, ces pneus fins taillent le terrain, normal, vu le poids il aurait été bon de jumeler l'essieu arrière ou d'ajouter un pont suplémentaire.

   Pour m'être embourbé une fois, le treuil est trés utile. Enfin à l'avenir on évitera les terrains argileux trempés ou les trop grandes marres de boue!

   Pour conclure, on peu dire qu'il s'agit la d'une assez bonne base, malheureusement sous motorisé et avec quelques détails "qui ne lui colle pas à la peau"... Mais qui reste néanmoins un bon outil sympatique et fiable pour "bricoler" ou voyager.

 



 

 Livraison So Colissimo          |            Le Forum          |            Suivez-nous          |            Contactez-nous

 

Tous droits réservés. Design by © Nicolas. Mentions légales. 2009 - 2017. N° SIREN 514 625 185.